Offices de tourisme et promotions de la littérature régionale

Lors de mon dernier passage à Sedan, je suis allé faire un tour à l’office de tourisme pour voir si les Lettres Ardennaises étaient présentes et comment. En entrant à gauche il y a un petit meuble dans lequel sont rangés des livres : un contenu de non-fiction représentatif de la production régionale.

Parmi la fiction, il y avait un exemplaire de Guillaume, le sanglier des Ardennes, de l’historien sedanais Pierre Congar, un récit autoédité (Bout d’histoire), l’album pour la jeunesse Oligo et le labyrinthe des fées, et … c’est tout !Je ne sais pas si un office de tourisme peut vendre des livres avec la même facilité qu’une librairie (en termes d’acquisition des titres, des livres de poches, etc.), mais il est un peu dommage de ne pas proposer plus de titres aux visiteurs.

Quoi de mieux que d’offrir non seulement des cartes touristiques, des brochures et des guides gratuits sur les choses à faire et à voir dans le coin, mais aussi un peu de fiction pour illustrer tout cela ? Puisque l’un des rôles des offices de tourisme est de promouvoir la culture régionale, pourquoi ne pas mettre plus en avant la part littéraire de cette culture régionale ?

Un office de tourisme devrait toujours avoir le réflexe marketing de l’upsell. Ce terme anglais désigne le fait de proposer à un client qui achète un produit un autre produit complémentaire. Un touriste demande et obtient des informations touristiques (qu’il achète ou non un guide), on devrait lui proposer de lire aussi (et d’acheter) un ouvrage de fiction relatif à la ville, au département, au parcours thématique choisi. L’upsell peut aussi être appliqué aux produits de bouche. Mais ceux-ci ont moins besoin d’être poussés en avant (quoique !).Un touriste s’intéresse au Château fort de Sedan, mettez-lui dans les mains une histoire avec les La Marck (Guillaume, le sanglier des Ardennes). Le touriste pose une question sur le passé industriel du Drap de Sedan, donnez-lui l’envie de lire Les tisserands de la Licorne, de Françoise Bourdon. Un groupe de touristes veut parcourir dans le Sedanais les lieux de mémoire de la Guerre Franco prussienne de 1870, qu’ils ne repartent pas sans avoir acheté La débâcle de Zola.La débâche, Zola

D’accord, c’est vrai, La débâcle est un pavé qui pourra déformer leurs poches. C’est peut-être un peu long pour le touriste pressé qui veut principalement une expérience à vivre et tout de suite. Mais pourquoi pas alors éditer (avec le concours du Conseil régional, grâce à l’aide des historiens locaux, des archives cartographiques régionales et des collectionneurs de cartes postales) le ou les chapitres illustrés qui se déroulent à Bazeilles, à Balan, à Sedan, à Illy, à Floing, à Glaire et Iges ? Un fascicule léger, format poche, pas cher, mais à haute valeur ajoutée !

Dans la même veine du livre court pour touriste pressé, pourquoi (et toujours avec des aides municipales, départementales, régionales) ne pas lancer un concours de nouvelles se déroulant autour des sites touristiques. Avec une petite collection d’une dizaine de nouvelles, il y aurait de quoi 1. faire de l’upsell, 2. donner une dimension littéraire au tourisme, 3. donner une importance à la création locale. Et tout le monde y trouverait son compte. Pas seulement les amateurs du fait culturel, mais aussi les sportifs. Des cyclistes demandent de l’information sur la Voie Verte, renvoyez-les vers la nouvelle Raoul sur la Voie Verte disponible gratuitement sur ce blog.

Jérôme Paul

Si vous voulez découvrir d’autres textes courts ancrés dans les Ardennes, cliquez ici.

Please follow and like us:
error