50. Rien

 

Ils étaient tous là, dans la salle de l’auberge. Victor Grumillon était debout en maître des lieux. Victorine Grumillon était assise près de la cuisine et tâchait de cacher son trouble et de recouvrer ses esprits. Roger Crolle, sur sa chaise dans un coin, semblait inerte, sans aucun espoir. Charles-Edouard Arlan, agacé, faisait des allers-retours, comme une bête en cage. Rose Alonde, elle, ses petites fesses sur une table, balançait ses jambes et regardait, amusée, la galerie. Hugo se tenait derrière le bar, à observer le zinc, ses outils et ses possibilités, plutôt que notre petit monde de suspects.

Quand j’entrai, Hugo vint vers moi, ceux qui étaient assis se levèrent, ceux qui étaient debout s’assirent. Amédé entra par la porte principale de l’auberge. Nous étions au complet.

– Madame, mademoiselle, messieurs, ce que j’ai à vous dire est grave. Vous avez fait appel à la gendarmerie parce qu’un mort a été découvert à l’auberge des Quatre Étoiles et que la cause du décès était suspecte. Il s’est là-dessus greffé un vol. Messieurs Madédée, Magogneau et moi-même avons fait notre travail. Nous avons observé, cherché, interrogé, réfléchi et conclu. L’aide scientifique du docteur Louvette a été précieuse. Maintenant que nous voyons clair, nous pouvons conclure … qu’il ne s’est rien passé.

Evidemment cette dernière phrase, finissant un discours pompeux, fit sursauter tout le monde, y compris mes gendarmes. Je repris :

– Je précise en disant qu’il ne s’est rien passé de criminel. Il n’y a pas eu de vol, mais monsieur Arlan a rêvé d’un vol de manuscrit.

– Et le deuxième vol ! fit remarquer Rose Alonde.

– Mademoiselle Alonde, s’il vous plaît, ne m’interrompez pas. Ce deuxième vol n’existe pas plus que le premier. C’était comme un écho dû au stress généré par la situation.

– D’accord, c’est très clair, fit la malicieuse.

– Monsieur Marou Piepie-Vanvan est mort.

Je fis une pause, un peu méchante, à l’intention d’Arlan, pour bien lui faire comprendre la situation. Je repris :

– Mais d’une mort naturelle. Le docteur Alice Louvette avait ce matin diagnostiqué l’asphyxie, et l’a finalement expliquée plus tard dans la journée par un cas assez peu courant d’asphyxie fulgurante, due à une embolie pulmonaire associée à un infarctus du myocarde. Une mort subite, quoi ! Le coup à pas de chance. Pour ce qui est du désordre trouvé dans la chambre numéro 4, nous en conclurons que monsieur Piepie-Vanvan n’était vraiment pas un être ordonné. Paix à ses cendres.

 

 

La suite (chapitre 51) en cliquant ici.

Vous avez loupé le chapitre 49 ? Cliquez ici.

Vous ne pouvez pas attendre la suite ? Vous voulez absolument savoir ce qui va se passer ? Bonne nouvelle, la version complète de Pêle-mêle macabre à Bayencourt est maintenant disponible en livre papier ou en livre électronique…

Pour la version papier, cliquez ici, sur l’image:    

Pour les liseuses Kindle, cliquez ici, sur l’image :

Pour les autres liseuses, cliquez là, sur l’image : Pêle-mêle macabre à Bayencourt

Please follow and like us:
error