100 idées pour (faire quelque chose de) Sedan (7/100)

Puisqu’il y a encore des ruines à Sedan, prenons une décision. Soit on rase, et on regrettera. Soit on rénove, et on regrettera peut-être aussi. Une ruine bien conservée peut avoir divers intérêts. Je ne vais pas m’y attarder. Cependant, je voudrais m’arrêter sur une ruine qui vaut son pesant de glands à sanglier.

Je veux parler du tas de cendres, de pierres, que la végétation commence à assimiler, de ce grand brûlé qu’est le bâtiment de l’ancienne sous-préfecture au bout de l’Avenue de la Marck. Un bâtiment qui avait, avant l’incendie, plus ou moins 150 ans. C’est une belle trace du tralala Second Empire. Il faudrait faire en sorte de stopper le délabrement opéré par le temps, le climat et les vandales, et en faire… un spectacle son et lumière permanent. Le thème de ce son et lumière pourra être discuté et choisi par les Sedanais. Je propose celui de la féerie.

Imaginez un pays féerique avec son domaine, son parc et, au bout, son pavillon de chasse. Le décor de la Belle et la Bête, comme Cocteau l’avait filmé. Un son et lumière sans acteur, mais avec des animations en fonction des endroits, dans le jardin ou dans la maison. Des sons fantomatiques, des musiques éthérées, des souffles dus au vent ou aux spectres. Des lumières brumeuses, jamais nettes, au ton pastel. Parfois un début d’inquiétude, comme le bout d’un voile blanc derrière un arbre ou la vision sur la Meuse d’une barque vide en dérive. Des débuts d’angoisse vite apaisée par l’apparition rassurante d’un ange ou d’une licorne au loin. Jamais d’épouvante, toujours de la poésie.

Des endroits du jardin où jamais il ne pleut, d’autres constamment envahis par la brume, là encore de la neige. Une organisation toute policée, qui n’aurait besoin d’aucun gardien pour cette paix créée par le son et la lumière. La ruine de l’ancienne sous-préfecture et de son petit parc comme un endroit hors du temps et des préoccupations quotidiennes, ouvert toute l’année la nuit aux Sedanais. Ce serait la poésie à la portée de tous.

 

Pour vous faire une idée de ce que pourrait être l’atmosphère du son et lumière dans l’ancienne sous-préfecture,

redécouvrez le film de Cocteau, La Belle et la Bête.

Pour en savoir plus, cliquez sur l’image.

Please follow and like us:
error