100 idées pour (faire quelque chose de) Sedan (4/100)

À choisir un seul animal, c’est évidemment le sanglier qui s’impose pour Sedan. La bête ne figure-t-elle pas sur les armes de la ville ! Un sanglier sous un chêne… Le chêne a traditionnellement un statut qui pourrait redonner grandeur à la ville, mais plutôt que de recouvrir tout le territoire municipal de chênes (cela pourrait être superbe, mais prendrait des décennies avant d’obtenir un résultat satisfaisant), je propose d’introduire massivement le sanglier à Sedan.

On pourrait ceinturer la ville par un réseau de barrière canadienne ou encore appelée passage canadien (la hantise des ongulés). Bien sûr les sangliers seraient en liberté dans les rues. Tant pis pour le jardin botanique qui serait régulièrement retourné du groin de nos protégés. Je ne pense pas qu’il faille s’inquiéter d’avoir en bas de chez soi de tels animaux libres de mouvement. Le sanglier est un animal très intelligent qu’on pourrait plus ou moins apprivoiser. On pourrait mettre en place un centre de dressage… pourquoi pas dans l’une des casernes depuis longtemps abandonnées par les militaires.

Les plus habiles trouveraient chez le sanglier un nouveau mode de locomotion, plus rapide que le vélo. Et quand il le faudra, on pourra tirer dessus (les sangliers, pas leur écuyer), histoire de dérouiller le canon du fusil de chasse, mais surtout afin de fournir les boucheries et les restaurants de viande fraîche. Car Sedan deviendrait le centre gastronomique du sanglier. En premier lieu, on devra se préoccuper de collecter les recettes ardennaises pour accommoder cette viande, puis en second lieu il faudra faire l’inventaire de toutes les recettes du sanglier dans le monde (du petit pécari au géant hylochère, en passant par le joli potamochère roux ou par le bien connu phacochère, ou encore l’effrayant babiroussa). Une académie du goût où l’on mettrait le sanglier à toutes les sauces.

Et la bête ne serait pas uniquement présente dans nos rues ou nos assiettes ; jusque dans nos écoles où tout l’enseignement serait basé sur le sanglier : biologie, anatomie, éthologie, écologie, littérature, mythologie, etc. Les écoliers porteraient un uniforme aux couleurs du sanglier (au moins celles du marcassin pour le primaire). Évidemment, la sculpture monumentale Woinic trônerait sur la place d’Armes, faisant face au château fort. Ce serait la moindre des choses.

 

Pour en savoir plus sur le sanglier, consultez cet ouvrage :

Please follow and like us:
error