100 idées pour (faire quelque chose de) Sedan (39/100)

Si tous les Sedanais veulent participer massivement à une expérience, je propose celle-ci qui pourrait avoir de multiples avantages : vivre une disette complète à l’échelle de la commune, le temps d’une saison. Il ne s’agirait pas de jouer véritablement au Robinson, car il y aurait toujours des approvisionnements, mais ceux-ci seraient très maigres, et franchement incomplets (des denrées disparaîtraient des magasins). Pour être quand même juste avec les citadins affamés, on étendrait évidemment le territoire de la ville aux bois communaux. Mais attention ! Aux frontières, une surveillance très stricte serait menée. Interdiction de tricher ! La rigueur de cette expérience serait certes implacable, mais gage de réussite. Car dans cette misère artificiellement créée, il y a des avantages.

Parmi les divers avantages, en voici quelques-uns :

– Stimuler l’habileté des citoyens en matière d’autosuffisance (inventer de nouvelles façons de cultiver son potager en ville, mais aussi réapprendre les plantes comestibles des trottoirs).

– Stimuler l’imagination des habitants en matière d’alimentation (création de nouvelles recettes).

– Retrouver le goût perdu des plats préparés avec presque rien. Par exemple la soupe d’orties pour dix personnes, sans sel, et avec un seul bulbe de tulipe en guise d’oignon, au goût fumé si on prend soin de plonger dans le bouillon une branchette enflammée.

– Écrire un livre de cuisine avec toutes les vieilles mais aussi les nouvelles recettes. Je salive à l’idée d’une omelette pour cinq personnes avec de l’eau, un seul œuf, de la farine de trois glands et une bonne poignée de plantain finement haché.

– Réapprendre le jeûne réparateur.

– Commémorer l’occupation de Sedan pendant la Première Guerre mondiale pendant laquelle les Sedanais ont véritablement souffert de la faim et de toutes les autres privations.

 

Si vous voulez vous entraînez, non pas au jeûne,

mais à la prevention de la disette,

consultez l’ouvrage « La permaculture en ville : C’est possible ! » de Davy Cosson.

Cliquez sur l’image pour en savoir plus.

Et si à l’aventure, vous rêvez d’aventures, (re)lisez l’idée précédente (numéro 38) :

Survival in Sedan

Les illustrations proviennent du livre de Philippe Stéphani « Sedan sous le domination allemande, 1914-1918, notes d’un occupé », Bernard Grasset éditeur, 1919.

Please follow and like us:
error