Tous les dimanches, Adèle quitte son Bout du Monde pour aller distribuer aux nécessiteux de Sedan une bonne soupe de légumes. C’est sans compter sur Eddy et Debby, deux jeunes asociaux qui terrorisent la bonne Adèle. Va-t-elle réussir à s’en débarrasser ?

Adèle éteignit les brûleurs de la gazinière et vérifia l’étanchéité des soupapes des deux grosses cocottes-minute, chacune d’une contenance de dix litres. Elle avait apporté à l’intérieur de sa cuisine une brouette au fond de laquelle une grosse couverture de laine formait une sorte de nid double. Les deux autocuiseurs vinrent y prendre place. Adèle prit un énorme édredon qu’elle plaça par-dessus, recouvrant les marmites. Elle alla chercher sa grande louche et le chapelet de tasses militaires en aluminium retenues par une cordelette. Adèle enfila ses bottes fourrées, son grand manteau imperméable, n’oublia pas son bonnet de laine rouge et bleue, avec pompon, et les gants assortis. Elle laissa son chez elle et poussa la brouette sur la route. C’était un dimanche matin vers dix heures. Et comme tous les dimanches matin d’hiver, accompagnée de son chat, Adèle quittait le Bout-du-Monde, c’est-à-dire sa fermette à l’extrémité des terrains maraîchers du Fond de Givonne, pour se rendre à la ville. Elle passa devant les fermes voisines de la Côte Cavalier et devant celles de la rue de la Linette pour déboucher sur la route qui mène de Givonne à Sedan. Elle traversa le faubourg sans s’occuper du regard des autres, jeta un coup d’œil à droite vers l’église à moitié pleine à cette heure-ci, et descendit la rue Eugène Franquin vers la place Nassau. Là, non loin de la Maison du Gros Chien, presque abritée par le porche d’une façade de pierres qui lui faisait penser à un reste de remise d’une grande maison de maître, elle s’installait avec sa brouette, et servait un potage de légumes bien chaud à un public de nécessiteux. On aurait pu l’appeler Madame Soupe, on la nommait la Mère-la-Brouette.

Un bon gros quart d’heure de lecture revigorante.

Pour les liseuses Kindle, cliquez sur cette image :

Pour les autres liseuses, cliquez sur cette image :

Jérôme Paul - La Mère-la-Brouette

 

 

 

 

 

Si vous ne savez pas comment lire les livres électroniques des éditions du Bout d’Bois, cliquez ici.

Vous n’avez pas encore lu  « L’agonie des voyous » (du même auteur et dans la même collection) ? Cliquez vite sur l’image.

Vous soutenez Arduina, mais vous n’avez pas encore lu  « La revanche d’Arduina » ? Cliquez sur l’image pour découvrir comment Arduina reprend du poil de la bête !Jérôme Paul - La revanche d'Arduina

Vous aimez les ‘road movies’, et vous rêvez d’en vivre un dans les Ardennes, lisez alors « La quête inquiète de Tonton 4L ». Cliquez sur l’image  pour partir en voyage.Jérôme Paul - La quête inquiète de Tonton 4L

Si vous êtes un entreprenant incompris ou que vous avez un faible pour les pioniers de l’industrie alternative, lisez « L’âme électrique ». Cliquez vite sur l’image.

Nous n’avez pas peur de lire les exploits de quelques retraites préparant encore un coup pour la prochaine foire de Sedan, buvez cette nouvelle et tremblez ou riez de bon coeur. Cliquez sans hésitation sur l’image.Jérôme Paul - La foire aux vieux

Une révolution pacifique a lieu à la presqu’île d’Iges, dans les Ardennes ! Ça, c’est quand même incroyable ! Et ça vaut le détour d’une lecture… en cliquant sur l’image.La presqu'île de Pablo Saint-Iges - Jérôme Paul

 

Please follow and like us: